Turisme de Sitges

Nouvelles

Le Musée Maricel explore l’influence européenne du retour au réalisme de l’art catalan durant l’entre-deux-guerres.

L’exposition présente des œuvres de Picasso, Dalí, Joan Miró, Joaquim Sunyer, Ángeles Santos, Josep de Togores et Feliu Elías, entre autres.

Le Musée Maricel de Sitges renfile ses habits de gala pour accueillir une exposition de premier plan, qui montre à quel point le contexte européen de l’entre-guerre a marqué les artistes catalans et leur œuvre. L’exposition Réalisme(s) en Catalogne (1917-1936). Du Picasso classique au Dalí surréaliste présente des toiles de ces deux peintres, aux côtés de pièces d’artistes comme Joaquim Sunyer, Alfred Sisquella, Josep de Togores, Ángeles Santos ou Joan Miró. C’est une initiative des Musées de Sitges, du Musée de Valls et du Musée de la Garrotxa (Olot), impulsée par le Réseaux de Musées d’art de Catalogne. Elle a pour commissaire Mariona Seguranyes.

 

L’exposition Réalisme(s) en Catalogne (1917-1936). Du Picasso classique au Dalí surréaliste implique une plongée analytique dans l’une des périodes les plus fascinantes et complexes de l’histoire contemporaine : l’entre-deux-guerres, du point de vue catalan. Elle relate les rencontres et les désaccords des créateurs catalans entre la fin de la Première Guerre mondiale et le début de la Guerre civile espagnole, les bouleversements provoqués par les grandes transformations sociales et politiques du moment (la Grande Guerre, la Révolution Russe, la mort du président de la Mancomunitat et  principal artisan du renouveau catalaniste, le Novecentismo, Enric Prat de la Riba, la dictature de Primo de Rivera, les conflits sociaux et du travail…).

L’exposition relate le retour au réalisme et au classicisme, phénomène marquant du contexte artistique et européen, et rend compte de ses manifestations parmi les artistes catalans. Elle montre comment les artistes catalans reçurent le Rappel à l’ordre de Jean  Cocteau, ainsi que l’influence qu’exercèrent la Nouvelle objectivité allemande, le Novecento italien ou encore le Réalisme magique, ainsi baptisé par Franz Roh. Il s’agit des nouveaux réalismes de la peinture catalane, qui vont de l’extérieur à l’intérieur, assortis de références européennes. Les temps sont à la quête, à la mélancolie et à l’évasion.

Réalisme(s) en Catalogne (1917-1936). Du Picasso classique au Dalí surréaliste est structurée en quatre secteurs : Antécédents d’un classicisme moderne (1905-1914) ; En quête des nouvelles figurations (1917-1936) ; Peintres catalans sous l’influence de Picasso ; et Métaphysique, surréalismes et logicophobisme.

 

Picasso comme référence

La figure et l’œuvre de Picasso comme référence esthétique constitue un des axes centraux de l’exposition. Ses œuvres aux lignes classiques dans le style d’Ingres cohabitent avec ses toiles relevant du cubisme tardif, dont certaines exécutées durant son séjour à Barcelone, en 1917. Cette exposition a permis d’analyser la correspondance de plusieurs artistes ayant rendu visite à l’artiste de Malaga, lequel les aida à nouer des contacts avec des marchands d’art parisiens. Il s’agit, entre autres, de Francesc Domingo, Pere Pruna, Mariano Andreu, Manuel Humbert, Joan Miró ou Salvador Dalí.

A partir de là, une relation de complicités esthétiques se tisse, permettant de comprendre à quel point des œuvres iconiques comme l’Arlequin de Picasso marqueront de très différentes manières le chemin de peintres tels que Josep de Togores, Francesc Domingo et, à un moment donné, Joan Miró. Tous, à un moment ou un autre, se laisseront guider par Picasso, par ses arlequins, par les femmes méditerranéennes courant sur la plage et par un univers doux au point d’en être douloureux.

 

Œuvres de différentes collections publiques et privées

L’exposition comprend des œuvres et des documents provenant du Musée Picasso de Barcelone, du Musée national d’art de Catalogne, du Musée de Montserrat – Abbaye de Montserrat, de la Bibliothèque-musée de Vilanova i la Geltrú, du Musée d’art Jaume Morera de Lérida, du Musée d’art de Sabadell, de la Fondation Abelló de Molet del Vallès, de la Fondation Palau de Caldes d’Estrac, du Musée de Valls, du Musée de la Garrotxa d’Olot, du Musée d’histoire de Gérone, Alfolí de la Sala – du Musée de l’Escala, ainsi que de plusieurs collections particulières.

L’exposition a fait l’objet d’un catalogue avec des textes des historiens d’art Francesc Fontbona, Ricard Mas et de la commissaire Mariona Seguranyes. Y sont répertoriés près de quatre-vingt œuvres, ainsi que les reproductions de plusieurs lettres et documents provenant de la Bibliothèque de Catalogne, du Musée national Picasso, des Archives historiques de la ville de Barcelone, du Musée d’art Jaume Morera, Lérida, de la Mairie de Gérone et d’archives particulières, entre autres.

Réalisme(s) en Catalogne (1917-1936). Du Picasso classique au Dalí surréaliste est visible au Musée Maricel jusqu’à 13 octobre. Ensuite, elle partira en itinérance aux Musées de Valls et de la Garrotxa (Olot).

 

Exposition RÉALISME(S) EN CATALOGNE 1917-1936). DU PICASSO CLASSIQUE AU DALÍ SURRÉALISTE

Dates : du 5 juillet au 13 octobre 2019

Lieu : Musée Maricel (C/ de Fonollar s/núm, Sitges)

Prix : 10 € (5 € tarif réduit). Accès également aux musées du Cau Ferrat et de Maricel

Visites guidées : tous les mardis : 15h (en anglais), 16h (en espagnol) et 17h (en catalan). Prix : 5 €

  • Realismes a Catalunya
  • Realismes a Catalunya_picasso
  • Realismes a Catalunya

Partager

Commentaires

Aucun commentaire.

BIENVENUE DANS LES PROCESSUS PARTICIPATIFS

Thèmes connexes