Turisme de Sitges

Il n’y a qu’une seule reine… celle du Carnaval de Sitges

Le Carnaval de Sitges a un roi, le Roi Carnaval. Il est très célèbre et très populaire. Mais attention, nous avons aussi une reine. Et la Reine du Carnaval de Sitges a beaucoup de pouvoir. Elle est très folle et surpuissante : elle ordonne de rire, elle ordonne de s’amuser et elle ordonne de reprendre les rues avec des déguisements impossibles. On a vraiment envie d’obéir ! Dieu sauve la Reine !

Hé oui, nous aimons à monarchie de la ‘disbauxa’ (débauche), de la surprise et de l’imprévisible. Nous sommes de fidèles sujets de la provocation royale et du divertissement souverain. C’est pourquoi nous aimons tant nos rois de carnaval. Rois au pluriel. Car ici, ils ordonnent tous les deux, autant elle que lui. L’ombre du Roi est très large, mais la Reine aime le soleil. Elle se laisse voir. Elle se fait remarquer. Et nous adorons cela.

 

La Reine du Carnaval change tous les ans. La régence est si intense (et si folle) qu’il est bon d’alterner. L’identité de la monarque est tenue secrète jusqu’à la présentation en société. Cette année, le mystère sera révélé le samedi 19 février au Casino Prado de Sitges. À compter de ce jour, et pendant une semaine, elle et son conjoint, le Roi Carnaval, mettent Sitges en folie, avec les défilés les plus spectaculaires de la Méditerranée (il faut voir celui de l‘Extermini’ et celui de la ‘Disbauxa’ au moins une fois dans sa vie). En outre, tous deux rendent visite aux écoles, aux résidences et au marché municipal, et ils président les événements inscrits au programme. Un agenda complet que vous pouvez consulter au programme du Carnaval de Sitges 2022.

 

Comme nous ignorons encore qui sera la nouvelle ‘Queen’, nous avons voulu parler à celle qui fut reine du Carnaval de 2007, Eva Martín. Cette journaliste, "voyageuse, hyperactive et très bavarde", se souvient que ce fut « une des meilleures expériences que j’ai jamais vécues ». Il en a été ainsi, précise-t-elle, «"car j’ai décidé de la vivre intensément, en entrant dans la peau du personnage mais en jouant le jeu : je n’allais pas être une reine potiche". Et elle ne l’a pas été, oh non. Pour commencer elle a demandé la parole après sa présentation du Cap de la Vila, quelque chose de peu commun. Là, en plein centre-ville et avec le Roi Carnaval à ses côtés, elle a été très explicite : "Cette année, ce n’est pas lui commande, nous commandons tous les deux". C’était sa manière à elle de dénoncer un désavantage comparatif historique. Et la Reine a commencé à commander : elle a demandé que son carrosse soit, non pas haut, mais aussi bas que possible pour pouvoir interagir avec les gens. Résultat, elle a obtenu un crocodile géant avec passerelle. De plus, elle a proscrit le déguisement "type Victoria’s Secret", et par conséquent, pour les tenues de jour comme de nuit "nous avons davantage cherché le caractère que le spectaculaire".

 

Reina Carnaval Stges 2

 

Eva n’en doute pas : la reine du Carnaval de Sitges est un personnage clé "parce que c’est la Reine et parce que son attitude est contagieuse". Du reste, souligne-t-elle, "Sitges contribue aussi te faire entrer dans la peau du personnage, parce que durant ces quelques jours tout le monde se met à ton service, tout le monde t’aime et t’aide, quoi que tu aies besoin ; le contact avec les gens, il n’y a pas mieux, aucun doute là-dessus". La reine de 2007 n’oublie pas d’autres souveraines qui ouvrirent la voie avant elle, comme Pitu, qu’on ne laissa pas se présenter en topless et qui se mit des cache-tétons, ou Lidia Egea, la première à défiler nue avec un dessin sur le corps.

 

Pour comprendre la transcendance, l’importance et l’empreinte que laisse le fait d’être élue Reine du Carnaval de Sitges, il suffit de rappeler le nom que l’on donne à celles qui l’ont été et se réunissent pour s’en souvenir : Les Éternelles. Ça déchire, non ? Allez, pas d’hésitation, venez vous mettre aux ordres de sa Majesté la Reine du Carnaval de Sitges. Se faire commander n’a jamais été aussi amusant ;)

Commentaires

Aucun commentaire.